dimanche 23 février 2020

PÉRIODE INTENSE

Il y a un temps pour peindre et un autre pour exposer.
Je suis dans l'entre deux car j'ai des commandes à honorer tout en préparant cinq salons d'arts plastiques où je suis invité cette année.



Ne croyez pas que c'est la grenouille de monsieur de la Fontaine qui voudrait se faire aussi grosse que le bœuf.
Ce n'est qu'une convergence d'occasions de montrer au public la production de mon loisir.

Mais ces expositions orientent les thèmes créatifs car il faut honnêtement reconnaître que l'acrylique, l'aquarelle, le verre coupé-collé me permettent de communiquer avec les visiteurs des expositions.



Je prends en effet autant de plaisir dans la création que dans la présentation et c'est bien le culte de Narcisse qui m'habite. L'expression artistique n'est en rien la révélation d'une modestie que l'on voudrait afficher. Ce serait hypocrite de le nier. Et le photographe Gi-Heff en me prenant en photo a eu le mérite de me renvoyer au miroir de cette réalité.



Pour autant, l'artiste en moi connaît ses limites et ne se prend pas pour le centre de l'univers. Être réaliste n'entrave pas l'amour de soi-même.

En aimant partager avec d'autres mes passions, c'est aussi leur rendre ce que la nature a privilégié en moi. 
Car mon centre du monde ce sont les autres que j'aime découvrir en soulevant un peu le voile de leurs mystères.
Cette curiosité pour comprendre les autres est ce qui canalise mes tendances narcissiques.



Voilà donc aussi pourquoi j'aime être invité à participer à un salon d'arts plastiques.

samedi 22 février 2020

LE REVERS DE LA MÉDAILLE

L'affaire Griveaux a un mérite car elle démontre l'impuissance de la LOI pour expulser un réfugié politique s'il n'a pas commis un acte terroriste sur notre sol.


Mais comment se fait-il que l'on accorde ce statut en France à un activisme anarchiste sado-masochiste qui se prétend "artiste engagé"?

J'aime comprendre les ressorts d'une personnalité avant de penser comme l'immense majorité de mes concitoyens que "la première des choses à faire, c'est de mettre Piort Pavlenski dans un avion direction Moscou !"

L'individu se présente comme un adepte de "l'art politique" et de l'anarchie. Celle-ci est un modèle idéal impossible à réaliser face tout pouvoir institutionnel. 
Ses prétendues "œuvres" sont autant de provocations que le miroir d'une psychopathologie perverse.



  • En 2012, il se coud les lèvres en soutien aux "Prussy Riol" condamnées pour une prière "Punk" blasphématoire dans la cathédrale de Saint-Petersbourg. 
  • En 2013, il s'enveloppe nu dans du fil barbé pour dénoncer la politique répressive de Poutine; il se cloue le scrotum sur un pavé devant le mausolée de Lénine pour secouer la passivité de la population face à la police.
  • En 2014, il escalade nu le mur d'enceinte du centre Sertiski, se coupe le lobe de l'oreille droite pour protester contre l'utilisation politique de l'internement psychiatrique. 
  • En 2015, il met le feu aux portes du FSB qui terrorise la population russe.
et tout ça au nom de sa prétendue liberté d'expression artistique !

On le voit, ce "sympathique" russe formé à l’Académie d'Art et d'Industrie Stieglitz de Saint-Petersbourg puise son inspiration socio-politique dans les tréfonds de son mal-être personnel avec le désir inassouvi de détruire toute autorité.



  • Ayant obtenu le statut de réfugié dans notre pays, celui de la liberté de penser et d'agir, il ne se tient pas tranquille et replonge dans la délinquance en s’appropriant une maison du 19° arrondissement de Paris, il est soupçonné de violences avec armes, il déverse de l'essence sans les entrées de la Banque de France et met le feu.
  • Il justifie cet acte toujours avec son idéologie fumeuse : " La Bastille a été détruite par le peuple révolté. Le peuple l'a détruite comme symbole du despotisme du pouvoir. Sur ce même lieu un nouveau foyer d'esclavage a été bâti...La Banque de France a pris la place de la Bastille. Les banquiers ont pris la place des monarques... La renaissance de la France révolutionnaire déclenchera l'incendie mondial des révolutions."
  • Enfin à l'origine du site "Pornopolitique.com", en 2020, il met en ligne une vidéo coquine tournée par Benjamin Griveaux lui-même dont on connaît les conséquences. 
  • "L'artiste" dénonce les mensonges des hommes politiques qui se réclament des valeurs familiales traditionnelles alors que leur vie "sexuelle" serait dépravée. D'une imbécillité individuelle et particulière, Piort Pavlenski en fait une généralité.
Oui sans doute, la France ne doit pas s'encombrer avec ce genre d'individus irrécupérables idéologiquement dans une démocratie représentative. 

Si l'art est parfois une arme politique justifiée, je ne ressens pas ce triste sire comme un artiste mais comme un dangereux névropathe qui n'a rien à faire chez nous. Qu'il aille se clouer les couilles à Moscou m'indiffère complètement mais qu'il nous foute la paix ou qu'il dégage ...

Même si Piort Pavlensky est une sorte de fou, on ne peut pas lui pardonner de dire ses speudo-vérités dans un pays d'accueil qu'il devrait aimer et respecter.

Cependant, il a le mérite de nous révéler clairement les limites de nos lois sur les droits de l'homme. C'est le revers de la médaille.

jeudi 20 février 2020

LE VOILIER CHOISI




Première version


Deuxième version

La commande d'un voilier  voguant dans une mer agitée est réalisée; mon cardiologue me fait l'honneur de choisir la deuxième version pour décorer son cabinet médical. 

Ce tableau sera donc vu par ses nombreux patients et j'espère qu'il les apaisera... 

En tout cas, pour l'artiste amateur que je suis, c'est un immense honneur que ce tableau soit vu par les patients de mon cardiologue.

samedi 8 février 2020

MES COMBATTANTS


Réalisée dans l'atelier "ART & TOILES de Bosc-Guérard-Saint-Adrien", cette acrylique représentant des poissons "Combattants" s'accouplant, m'a permis de m'aérer les méninges de quelques soucis. 

C'est beau l'amour et je n'ai pas résisté devant cette expression de la vie...On prend son pied comme on peut à mon grand âge...

Mais, cet après-midi, il me manquait plusieurs tubes de couleurs donc j'ai choisi un modèle à dominante rouge pour réaliser cette composition. C'est le matériel disponible qui m'a imposé le choix de ces couleurs.

Travail fut très amusant car limité par la gamme des couleurs. 

Passer le jeudi après-midi à peindre avec quatre autres artistes talentueuses est une stimulation et une détente dont je ne peux plus me passer et rien de mieux que de tisser des liens cordiaux et complémentaires quand on partage une passion.

dimanche 26 janvier 2020

AU DELÀ DES LIMITES

André LE NOIR, mon professeur aquarelliste, me pousse au delà de mes limites techniques en me faisant dessiner et peindre ce cavalier afghan. 

C'est en effet un exercice redoutable qu'il m'imposa pour que je "progresse".


Ai-je réussi ? 

Je n'en sais franchement rien mais il me reste un fond de frustration car j'ai l'impression de n'avoir rien maîtrisé en subissant que les contraintes d'une photographie de format très réduit. 



Un regret car j'ai fait l'erreur de ne dessiner qu'un seul cavalier (celui de gauche) alors que sur la photo c'est un groupe qui pratique un sport national.
Seront donc ajoutés sur ma compositions des cavaliers dans l'arrière fond. Il faut que je trouve une méthode et que j'entreprenne des essais.

Le bouzkachi ou bozkachi est en effet une activité équestre collective. C'est le sport national en Afghanistan et il est également pratiqué dans plusieurs pays d'Asie centrale et du Moyen-Orient : Ouzbékistan, Tadjikistan, Kazakhstan, Pakistan, Iran, Kirghizstan.
Deux équipes s'affrontent avec le  but de récupérer une carcasse de chèvre décapitée dans le cercle du centre et d’aller contourner un drapeau pour ensuite la déposer dans le cercle de son équipe. 
Ce n'est pas si simple que ça car si on ne peut pas fouetter volontairement un adversaire ou le faire tomber de son cheval, outre ça, tout est permis. 

C'est un sport de combat par équipe joué durant 90 minutes ou plusieurs jours. 




Les "Talibans", quand ils prirent le pouvoir en 1996, avaient interdit ce sport pour lequel les peuples d'Asie centrale se passionnent. L'obscurantisme idéologique de ses extrémistes n'a pas de limite ! 




Bien sûr le bouzkachi est une pratique pour le moins viril mais comme la Corrida, elle est au cœur d'une tradition ancestrale qui en réalité canalise la violence. Il vaut mieux que les sports de combats la libère et la contrôle que des situations d'émeutes populaires imprévisibles avec les pires exactions.
« On choisi dans le troupeau un bouc. On l’égorge. On lui tranche la tête. Pour alourdir sa dépouille, on la bourre de sable, on la gonfle d’eau. On la dépose dans un trou creusé que la toison affleure le sol. Non loin du trou un petit cercle est tracé à la chaux vive. Et il porte le nom de hallal qui, dans la langue turkmène veut dire cercle de Justice. Et sur la droite du hallal on plante dans la steppe un mât. Et sur sa gauche, un autre. A égale distance. Pour la longueur de cette distance , il n’y a pas de règle. Elle peut exiger une heure de galop ou bien trois ou bien cinq. Les juges de chaque bouzkachi en décident à leur gré ». « les cavaliers se rassemblent autour du trou…au signal d’un juge, ils se jettent sur la carcasse décapitée. L’un d’eux s’en saisit, s’échappe…..il s’élance vers le mât sur la droite. Car la dépouille du bouc doit en faire le tour, puis passer derrière le mât placé sur la gauche, et enfin arriver jusqu’au hallal » (extrait du roman de Joseph KESSEL Les Cavaliers aux éditions Gallimard)

Pour mon aquarelle, je fus sans arrêt confronté à mon ignorance et donc à des choix hypothétiques.

Mais ce qui est sûr, c'est que j'ai appris un peu mieux l'au delà des possibles...

J'ai donc beaucoup hésité avant de mettre en ligne cette aquarelle de 60 X 40 cm.


*******************************

L'ANGE OUBLIEUX

La commande de ma sœur Elisabeth est un sacré défi  car il s'agit de copier "l"Ange Oublieux" que Paul Klee réalisa  en 1939 peu avant sa mort.
C'est un dessin réalisé au crayon à main levée en trait continu. 

De sa simplicité apparente on pourrait croire qu'il est facile à copier. 
Hé bien non !  car Paul Klee traçait son dessin d'un seul jet et celui qui le copie essaie tant bien que mal retrouver cette spontanéité. Autant dire que ce n'est pas possible.
J'ai travaillé sur une feuille 21 X 29,7 cm pour le réussir. Dans un,format plus grand mon trait manquait de continuité. 

Outre le respect scrupuleux du modèle, il fallait que chaque trait soit fait d'un seul jet. Facile à dire, très difficile à réaliser. J'ai donc choisi ce format car ma main pouvait répondre à  ces exigences techniques.

J'en ai réalisé une série à la mine de plomb, crayon gras, feutre, encre de chine et même en gravure sur aluminium.
Je trouve que c'est le dessin  au crayon gras qui ressort du lot et que j'ai encadré (ci-dessous).


Paul KLEE (1879-1940) de père allemand et de mère suisse,  est un artiste peintre-dessinateur-graveur et écrivain.

Professeur à l'école d'architecture et d'art de BAUHAUS (Weimar) dont il fut chassé par les nazis en 1930); il migra en Suisse en 1933. 

Il développa dans son oeuvre une force créatrice fondée sur la liberté en accord avec une de ses formules devenue célèbre : "L"art ne reproduit pas le visible, il rend visible."

C'est que je ressens effectivement devant cet "Ange Oublieux", avec l'intuition mystérieuse, cachée, d'un artiste sentant sa fin proche rendant aux traits hiéroglyphes les signes symboliques d'une spiritualité profonde. L'artiste dessine pour lui-même et exprime son ultime ressenti.

Cela me donne envie de découvrir mieux cet artiste et son oeuvre.








dimanche 19 janvier 2020

MES PETITES SOURIS



S'il vaut mieux éviter de jouer au chat et à la souris avec autrui mais concevoir un jeu sur ce thème pour mes petites-filles est un plaisir que je ne résiste pas à partager. 

Ce n'est pas de l'art mais simplement un petit travail manuel, du bricolage, réalisé en bois peint à l'acrylique, des scoubidous,  un cube reconverti en dé décoré et une boîte insonorisée avec de la mousse et recouverte d'aluminium gravé pour figurer le cône et ranger le jeu. 

C'est le jeu du chat et des 6 petites souris, que j'avais acheté il y a 45 ans pour mes enfants que j'ai reproduit à une échelle plus grande pour jouer en famille.

Je n'en ai pas trouver sur Internet un exemple ce qui laisse le champ libre à la conception et à la règle du jeu.

Mes enfants et petits-enfants raffolent de ce jeu visuel demandant de l'attention et de la rapidité. Les jeunes sont très souvent beaucoup plus vifs que les adultes et c'est vraiment rigolo de partager un bon moment ensemble.


****************************


JEU DU CHAT ET DE LA SOURIS



Pour laisser croire au 6 petites souris qu'elles s'en sortiront, la règle est simple : 


  1. · La partie se joue en 3 ou 5 manches selon le choix des joueurs.
  2. · Le nombre de joueurs (les chats) peut varier de deux à 6.
  3. · Un joueur représente les souris. Il fait rouler le dé aux 6 faces de la couleur de chaque souris. 
  4. · Le chat le plus rapide attrape à la main la petite souris de sa couleur.
  5. · Si un chat se trompe de souris, il doit en remettre une dans le jeu. 
  6. · S'il n'en a pas encore, quand il en attrapera une autre, il doit la laisser en jeu. (On peut éventuellement décider qu'il est éliminé de la manche).
  7. · La dernière souris a une chance de s'en sortir si le dé joué 3 fois sa couleur ne sort pas.
  8. · Le gagnant est le chat qui a attrapé les plus grand nombre de souris en marquant un point par souris
  9. · Si la dernière souris est sauvée, c'est l'ensemble des 6 souris qui gagne la manche avec 6 points.
  10. · A la fin des 3 ou 5 manches, le classement est établi pour chaque chat en tenant compte aussi des points de l'ensemble des souris.

  Cette règle n'est pas officielle, je l'ai inventée et improvisée. Elle peut donc être simplifiée selon l'âge des enfants engagés dans la partie.


**************************

 Le grand-père que je suis, devenu un vieux chat trop lent, perd toujours mais s'amuse beaucoup.

Si rien n'est artistique dans cette réalisation, elle n'en demeure pas moins une petite expression ludique et j'ai hâte de jouer avec mes petites-filles et sans doute leurs parents.

vendredi 17 janvier 2020

L'ART DE MOURIR



Mon corps fatigué a besoin de quelques fantaisies car j'aime la vie sans avoir peur de mourir bientôt... 

Ce bientôt, j'y pense tous les jours sans angoisse car l'ayant frôlé plusieurs fois, ayant accompagné beaucoup de mes proches dans cette ultime phase de la vie, je ne l'ai pas ressentie comme effrayante. 
Je n'ai aucune certitude métaphysique car tout simplement je ne sais pas ce qui m'attend : le néant ou la lumière ? 

Pourquoi donc être inutilement anxieux et s'encombrer l'esprit de ce que l'on ne peut qu'attendre inéluctablement ?
Alors la première chose que je fais en ouvrant mes volets le matin, c'est de dire merci à la vie et à la chance de la partager avec ceux que j'aime.

Rendre visible l'invisible qui m'habite et qui me fait douter, c'est ce qui me pousse à peindre, dessiner, sculpter et écrire. 

Culturellement l'expression artistique soulève le voile sur quelque chose qui dépasse mon entendement.  



Ici bas je me sens insaisissable car j'habite le présent, mais en traduisant mes émotions picturalement j'habite déjà le royaume des morts car mes compositions resteront dans ma famille, chez mes amis, enfin un certain temps avant d'être oubliées jusqu'à mon nom... Mes créations dites artistiques sont en fait mon art de mourir. Je reconnais que cela manque de modestie et affiche une prétention très narcissique car que suis-je ?

J'évoque souvent avec le sourire cette éventualité de mourir bientôt devant mes amis. Leur réaction est révélatrice de leur angoisse face à cette échéance inévitable. Ils essaient de l'oublier, de la nier, de la repousser loin d'eux mêmes... 


Ils n'apprécient pas du tout mon humour. Pourtant, nous naissons, nous vivons, nous mourons tous et autant le prendre avec philosophie. 



L'auto-portrait de Picasso face à la mort;illustre ce que je ne ressens pas : cette angoisse hallucinée et terrifiante. 
Mais attention ! La mort n'est pas rien car qu'il y a-t-il de plus précieux que de vivre ? 

Ce qui me fait vraiment peur, ce sont la souffrance et la mort de ceux que j'aime. Car n'étant pas du tout dépressif, je ne me considère pas comme le centre de l'univers. Ce sont les autres et ma relation avec eux qui le sont.



Le chef d'oeuvre qui me touche le plus sur ce thème est celui du peintre Théodore Géricault '1791-1824)  avec son "Radeau de la Méduse". La mort y est figurée sans artifice mais avec à l'horizon un navire symbole de l'espérance et du salut pour les naufragés.

Et si je suis un peu artiste à mes heures c'est pour rendre paisible le moment de la vie en lui laissant peut-être une petite trace pour l'avenir.





Marc LAMBRON de l'Académie française dans son "Carnet de bal" page 385, livre une clef de ce que je ressens : "L'art est là pour faire entrevoir que le ciel sera toujours plus grand que nous."

lundi 13 janvier 2020

UNE CRÈCHE SACCAGÉE

Cela était écrit ! la crèche de l'église Saint-André à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, a été vandalisée, par des imbéciles se réclamant sans doute du laïcisme.


Le symbole de Noël, une famille émerveillée devant un nouveau né, est vécu comme une atteinte à la liberté de penser. 
Les catholiques seraient des affreux réactionnaires, des fachos, des ennemis de la Révolution à venir qu'il faut neutraliser et le quartier Saint-André serait habité majoritairement par de sales bourgeois de droite et d’extrême droite... 

Hé oui, ce sont les barbares qui sortent des ténèbres pour créer un monde nouveau dans lequel une pensée unique aurait droit d'exprimer sa haine des traditions, des différences, de toute foi, et de l'innocence d'un nouveau né..
Les vandales ont décapité le santon représentant l'enfant Jésus !

Oui, j'ai peur mais je crie ! 
Non, j'ai honte de trembler mais personne ne m'empêchera d'exprimer ce que je pense. 

Je suis né au temps de la terrible barbarie nazie en 1942, mes parents m'ont même avoué que c'était de la folie de concevoir un enfant à cette époque car ils subissaient de graves privations alimentaires,  ils étaient rongés d’incertitudes, et la violence leur faisait craindre le pire. 
Mais devenu enfant j'ai vécu dans une société de liberté retrouvée et de responsabilité assumée car consciente de l'Histoire. Ma famille catholique pratiquante a toujours porté une espèce de culpabilité d'avoir vécu au temps de la Shoah sans rien dire car si elle ne savait pas mais elle pressentait l'horreur. 
Mon éducation m'a donc éveillé au sens de L'Histoire mais aussi à la lucidité et à l'absurdité des idéologies totalitaires. 
Au temps des guerres de libération du colonialisme, la société aveuglé et sourde n'a pas senti monter la vague de l'islam politique avec les "Frères musulmans". 
Les franc-maçons ont détricotés les traditions religieuses pour imposer une sorte de laïcisme étatique au nom de la liberté de conscience et de la séparation de l'Eglise de l'Etat. Les repères judéo-chrétiens se perdent et ce que nous vivons sont les prémices d'un retour de cette barbarie inculte et violente: l’obscurantisme a de belles heures à venir... 

Alors avant de de mourir, je veux demeurer lucide car je crois en l'amour.

Pourquoi parler de cela sur mon blog artistique ? 

Tout simplement parce la crèche de Noël exprime une part de cet amour et de salut. 

Elle est un des symboles fort de notre civilisation, que l'on soit croyant ou non, et les artistes depuis saint François d'Assise se sont exprimés sur le thème de la Nativité tel Giotto Di Bondonne (1266-1337) peintre-sculpteur de la Renaissance italienne.




C'est saint François d'Assise qui eut l'idée en 1223 alors qu'il était diacre à Greccio, ville d'Italie, de monter la première crèche vivante de l'histoire en prêchant la joie de Noël avec un enfant né dans la paille et la merde d'une étable comme le plus pauvre parmi les pommés de la société et de parents sans logis. 

Hé oui, en déplaise à tous les gauchistes violents et sectaires, ce fut le premier signe d'une grande révolution dont nous sommes les héritiers. 

Le christianisme est en effet fondé sur cet événement et sur l'amour d'autrui, la liberté de penser, la fraternité et le partage et la responsabilité devant la justice.
Le christianisme reconnaît la liberté de croire ou non à chaque homme, femme et même enfant. 
Il reconnaît la primauté de la loi civile sur les convictions religieuses individuelles. 

Enfin, il faut distinguer dans une analyse critique de l'histoire de l'Eglise, ses erreurs, ses crimes, son pouvoir de son idéal et de son apport à notre civilisation. C'est celle de la séparation de l'ordre du sacré de l'ordre du profane.

J’adhère pleinement à cet idéal tout en gardant ma liberté car si Dieu existe, en séparant les éléments, il veut un homme libre et responsable. 

Décapiter le nouveau né d'une crèche est donc un acte réactionnaire aussi idiot qu'inculte.
 (13 janvier 2020)

mardi 31 décembre 2019

MES VŒUX EN QUESTIONS ?

"J'espère que le 31 décembre 2020, je lèverai mon verre à 2021-

Comment présenter mes bons vœux sans me foutre de la gueule du peuple ?
Avec cette chienlit, tout va bien madame la marquise !

Après les catastrophes liées semble-t-il au changement climatique comment souhaiter une bonne année 2020 aux victimes et sinistrés ?

Les flux migratoires en déstabilisant les repères sociaux avec la monté de l'islam politique, compromettent nos valeurs humanistes, notre seuil de tolérance, notre identité européenne. Comment leur souhaiter la bienvenue ?

Aux passages à l'actes des extrémistes violents ayant repris à leur compte les gilets jaunes (les pauvres !), s'ajoute la grève la plus longue de l'histoire sociale prenant en otage ceux qui doivent utiliser les transports en commun pour se rendre au boulot, faire leurs emplettes chez les commerçants des centres-villes.
Alors comment souhaiter une bonne année 2020 aux commerçants fermant leur boutique, aux hôteliers, aux restaurants, aux agences de voyage, aux entreprises déposant leur bilan ?

Comment la souhaiter aux forces de l'ordre épuisées, aux sauveteurs de la sécurité civile, aux braves gens effrayés par la violence montante ?

Les barbares s'en donnent à cœur joie et au nom du droit de l'homme on ne peut pas les neutraliser par la force. 

Comment croire que la Gauche et la Droite se relèveront sans programme, sans leader, sans incarnation populaire ? Présenter mes vœux à la démocratie à la française serait une forfaiture... 

Pour le comble, une réforme des retraites se voulant universelle se heurte à la complexité des conditions de travail rendant un système unique impossible. l'égalité est une gageure, une illusion car qu'il y a-t-il de commun entre le métier d'un maçon et celui d'un professeur des écoles ? La pénibilité de leur condition de travail n'est pas égale... Les salaires non plus...

Un gouvernement, louvoyant "fermement" à la barre du voilier FRANCE se cabrant dans la tempête, se fige dans ses pseudo certitudes, des syndicats plus préoccupés par la politique que la négociation campent sur leurs oppositions idéologiques systématiques. 
Comment leur souhaiter une bonne année de dialogue et de compromis ?

Monsieur le Président de la République voudrait apaiser la nation... On l'écoutera avec attention ce soir à 20 h.Il restera vraisemblablement droit dans ses bottes...
 Mais crébleu ! on en a ras la casquette !

En tant qu'ancien syndicaliste, je sais qu'une réforme des retraites ne pourra se construire que par branche d'activité dans un dialogue où les partenaires sociaux se respecteront et hélas ! ce n'est pas pour demain...

Certes, il faut trouver un système plus juste pour valoriser les petites retraites, mais sans casser le baraque car elle est une des meilleure au monde.

Il y a 40 ans, les syndicaliste que nous étions étaient déjà convaincus qu'avec le chômage de masse, nos régimes de retraites aboutiraient à une impasse financière car de 4 "travailleurs actifs" nous sommes passés à 2 cotisants pour payer les retraités.

Arrêtons donc nous de nous plaindre la bouche pleine et ouverte ! Nous avons la chance de vivre dans un des plus beaux pays du monde où la solidarité sociale est une réalité même si elle est loin d'être parfaite.

Certains syndicats se justifient avec le slogan "nous-nous battons pour nos enfants". C'est faux ! Ils se battent pour leur idéologie, leurs acquis sociaux avant tout se foutant pas mal des conséquences désastreuses  pour notre économie, la baisse du chômage, des nuisances qu'ils génèrent...

Alors présenter mes vœux les meilleurs, c'est une imposture...

Mais espérant me tromper comme d'habitude je vous embrasse mes très chers lecteurs en vous la souhaitant bonne cette année nouvelle... Heureusement la famille et les amis sont le socle pour prendre la vie du bon côté : tout va donc bien madame la Marquise ! 



L'art est un bon échappatoire, 2020 verra se concrétiser une idée que j'ai depuis longtemps avec l'organisation d'une bonne exposition d'arts plastiques à Bosc-Guérard-Saint-Adrien. 



Notre époque est complexe et angoissante mais heureusement il reste des espaces de créations, d'expressions et de beauté pour entretenir des passions et dégager une confiance dans l'avenir. (31 décembre 2019 à 8 h 44)

dimanche 22 décembre 2019

NOËL MIS EN QUESTION ?

- le peintre en action -

La paroisse et la municipalité de Montville m'avaient passé en 2005-2006 commande de deux grands panneaux décoratifs sur le thème de la Nativité réalisés  à l'acrylique.

Pourtant très attachée à la laïcité, la commune voulait rappeler les racines de notre culture. 

Beaucoup commerçants avaient même mis dans leur vitrine une petite crèche. (Je me souviens qu'un commerce tenu par un musulman avait fait de même !)

-La crèche-

Exposés sur le parvis de l'église pendant la période des illuminations de la ville, à ma grande surprise, ces compositions n'ont provoqué aucune réaction hostile chez la population, aucun tag n'a saccagé ces panneaux de 122 X 250 cm  depuis 14 ans !

Pourtant la population montvillaise est majoritairement très éloignée de l'Eglise. 

Une certaine foi subsiste mais le ressenti religieux ne tient qu'à un fil.

Est-ce de l'indifférence ? 
Peut-être !

Mais je crois tout de même que beaucoup se reconnaissent encore liés à la culture chrétienne qu'ils respectent puisqu'ils tiennent à passer par l'église avant d'être inhumés.

-Les Rois mages et le roi Hérode-

Mais les temps changent; au nom d'un laïcisme prétendant nier toute relation entre notre société et son histoire ancestrale fondée sur le christianisme, une crispation intolérante monte dans le pays et les chrétiens sont de plus en plus agressés et même accusés d'extrémisme politique : c'est incroyable, mais cette triste réalité est illustrée par un fait divers très révélateur.

Cette année, à Toulouse un groupe d'enfants déguisés représente la Nativité quand soudainement 50 militants révolutionnaires "anticapitalistes" interrompent cette crèche vivante en poussant des cris de haine : "Spot aux fachos !" en cherchant la confrontation physique avec les spectateurs ahuris  devant cet imbécile sectarisme et les forces de l'ordre arrivées d'urgence. 

Je frémis d’inquiétude, car ma petite-fille de 9 ans participe à une crèche vivante cette année et je n'ose imaginer son traumatisme face d'une telle situation.

Pour rappel, l'interdiction des crèches par un harcèlement judiciaire d'extrémistes tenant de la libre pensée s'instaure de plus en plus sur l'espace public. 

Est-il possible de faire disparaître le christianisme au cœur de nos villages et de nos villes en rasant toutes les églises, en détruisant toutes les œuvres d'art d'inspiration religieuse, tous les calvaires aux croisements de nos routes ?

Les chrétiens réagissent peu devant ce crétinisme pseudo-intellectuel revendiqué par ces fous car ils refusent toute stigmatisation. 

Ils veulent, comme l'immense majorité des français, passer Noël en famille. Mais cette vieille tradition s'oppose à un un laïcisme obtus.

Rappeler la naissance de Jésus et les valeurs qu'elle véhicule avec l'accueil des étrangers, la tendresse signe de paix familiale n'a vraiment rien de "facho". 

L'amour de l'autre mis en lumière par cette fête n'oblige pas à croire à un dogme religieux. 

Il n'y a pas de paix sans respect de la différence qui s’appelle la tolérance qu'elle soit religieuse ou politique.

Mais il n'y a pas de liberté non plus sans amour.

Cet idéal est devenu une part de notre identité depuis la conversion de Clovis, il y a 1500 ans.

vendredi 20 décembre 2019

UN PROJET POUR ART ET TOILES

-Nature morte par Corinne BULLARD (Pastel)-
-Peinture à l'huile par Catherine B-

-Paysage breton par Annie SEDILLOT (Huile)-

-Bouquet par Evelyne LE BRIS (huile)-

-Portrait d'un Hindou par Jean Louis RICHARD (aquarelle)-
UN PROJET IMPORTANT :


Notre association "Art et Toiles" organisera une exposition le week-end de la Pentecôte à Bosc-Guérard-Saint-Adrien, les 30, 31 mai et 1er juin 2020.

Avec le partenariat de la commune, son ambition est d’inaugurer un salon annuel de qualité  artistique et d'assurer la promotion de l'expression plastique dans notre petit coin de Normandie.

Seront donc invités d'honneur un peintre et un sculpteur prestigieux et quelques artistes sélectionnés. 
-André LE NOIR-

André Le Noir, aquarelliste de renom, en sera le premier invité d'honneur.


-Aquarelle : "Chef Dogon" par André LE NOIR-

L'association possède un carnet d'adresses d'artistes renommés pour plusieurs années. 

Le but est de participer à la culture locale avant tout et de donner l'envie à de bons artistes de rejoindre l'association sans but lucratif pour ses adhérents.

mercredi 11 décembre 2019

Les Dogons et leurs portraits par André Le Noir



J'ai la chance de connaître les portraits que réalisa André Le Noir après son voyage au Mali au pays des Dogons.
Je lui consacre un article à la rubrique "Culture".

mardi 10 décembre 2019

HO ! LA ! LA !

J'ai une belle commande qui se profile pour un grand format à l'acrylique ou à l'aquarelle devant s'inspirer de ce voilier que j'ai réalisé il y a quelques années.
Mais comme le dit fort justement Picasso "si on sait exactement ce qu'on va faire, à quoi bon le faire ?"

Donc je partirais du désir de mon commanditaire mais l'exécution me réservera de belles surprises d'improvisation car copier pour copier aboutit souvent à l'impasse de la médiocrité. 
Je suis profondément touché que ce médecin apprécie une de mes compositions. 

Mais comme le petit format (45 X 55 cm encadré) de départ va devenir une acrylique de 70 X 100 cm ou une aquarelle du plus grand format que je puisse réaliser (68 X 48,5 cm), pas de souci : ce sera une oeuvre créative.

Et cela est un défi passionnant pour un peintre que de passer le cap d'un petit à grand format .  



Ce qui m'a passionné dans cette aquarelle fut de rendre transparente et tumultueuse la mer.
Le plus difficile à rendre est l'énergie générée par les vagues. 

Le bateau par lui-même ne me fait pas peur car je connais les principales fonctions de son gréement, du creux de ses voiles à laizes et de tout son accastillage. 

La difficulté technique est de le rendre dynamique. C'est donc un travail de création très intéressant qui m'attend et je suis très honoré que mon future tableau soit vu par beaucoup de monde dans ce cabinet médical.